Pas (assez) ser de toi

Aujourd’hui j’ai envie d’écraser ma seringue de gonal, d’exploser l’ovitrelle contre le mur, d’hurler sans m’arrêter pour réussir a sortir cette douleur qui reste coincée dans ma gorge. Je n’arrive même pas a pleurer. Ce matin, j’ai mal, vraiment très mal.

Je m’en veux de tenter cette nouvelle fiv, elle me rend vulnérable. Elle donne l’illusion qu’il y a encore de l’espoir, elle brouille mon deuil et ma détermination. J’ai envie de tout arrêter et ne plus jamais jamais recommencer.

Cela va faire 5 ans que nous essayons d’avoir un enfant. Entre fausses couches et fiv catastrophiques, nos embryons finissent au fond des toilettes ou d’une poubelle. 36 petits nous. Je ne m’en suis toujours pas remise. Et savoir que je remets ça me rend dingue, j’ai l’impression de m’acharner. Toutes les femmes qui sont tombées enceintes du premier alors que j’essayais encore attendent maintenant le deuxième. Dont ma belle sœur… Qui vient de m’annoncer qu’elle attend le deuxième.

Ne vous méprenez pas je suis heureuse d’être tata a nouveau, je suis raide dingue de mon neveu. L’attitude de ma belle sœur a été positive, elle a cherche a me protéger. C’est inestimable…
Mais devoir supporter la surexcitation de ma famille, a nouveau les conversations qui ne tournent qu’autour de cette nouvelle et mon ventre désespérément vide… Je sais déjà que je ne serai pas la le jour de l’annonce. J’appréhende déjà Noël. Et puis… L’apprendre alors que je commence ce protocole de « deuil ». L’apprendre alors que je m’apprête a venir vivre chez eux quelques jours, Poissy oblige, ça me fait mal. Très mal. Comme une vieille douleur qui se réveille. Comme une ennemie oubliée qui me fait un énième coup bas. J’ai un pincement violent dans la poitrine, sec et il me lance.
Mon ancien syndrome du vilain petit canard refait surface. Je me le reprends en pleine figure comme lorsque j’avais appris la première grossesse de ma belle sœur, le soir de Noël, alors que j’essayais déjà depuis deux ans. Comme quand la sœur de l’homme a annoncé sa première grossesse a 24 ans. Des c1. Et nous, les cotorep de la fertilité qui avons fête notre c100.
Bref ce matin je n’ai pas la frite. Mais ça va aller, ça va aller…
Désolée je ne me relis pas, j’ai peur de remuer encore plus mon chagrin. J’avais besoin que ça sorte, je me sens mieux… Je vais maintenant le ranger au fond d’un tiroir et essayer d’oublier… Au risque de vraiment tout arrêter.

IMG_1073.PNG

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

76 commentaires pour Pas (assez) ser de toi

  1. marivalou dit :

    Gros gros gros bisous. Quoiqu’on en dise et quelle que soit la (bonne) volonté de la famille, noël et les annonces de grossesse des frères/sœurs sont toujours difficiles à passer. J’aime Noël, mais depuis 3 ans maintenant, j’appréhende chaque Noel et j’avoue que j’en ressors triste. Je t’envoie bien du courage pour ce traitement, en espérant que ça passe viiiiite. Bisous.

    J’aime

    • Carotte dit :

      En fait moi noel a commence a me peser quand ma belle sœur a annoncé a première grossesse (la pauvre elle n’y est pour rien la vie continue). Mais je me revois aller pleurer dans ce jardin si froid. Et de mes larmes toutes la nuit qui a suivi. Depuis je ne supporte plus. Et pourtant j’adorais noel…

      J’aime

  2. Il faut que ça sorte, c’est super dur de vivre l’excitation de la famille autour d’un bébé quand on essaye d’en avoir un depuis longtemps et même s’ils nous aiment, ils nous oublient souvent et on ne peut pas leur en vouloir. Il n’y a rien d’excitant à faire une énième fiv. Mais accroche toi et bat toi. Des gros gros bisous ❤

    J’aime

    • Carotte dit :

      Oui c’est ça… D’autant que cette fiv on la fait pour confirmer notre sterelite le paradoxe est trop lourd, c’est une claque de plus. J’ai envie de laisser tomber ça ne me lâche pas…
      Merci pour ces gentils mots ❤️ ça me touchée je me sens moins seule…

      Aimé par 2 personnes

  3. Little Wife dit :

    Je crois que je commente pour la première fois ici. Les annonces sont si difficiles a gérer, et de mon côté le temps n’arrange rien, c’est de pire en pire. Si en plus elles arrivent a un moment ou tu es particulièrement vulnérable, ça fait boum… J’espère qu’avoir écrit tout ça t’a aidée, concentre toi sur cette tentative, ce n’est pas de l’acharnement, c’est saisir toutes tes chances de parvenir a ton rêve.
    Plein de courage. Bises.

    J’aime

    • Carotte dit :

      Merci pour ce gentil message qui me touche beaucoup. J’ai l’impression d’être un monstre car je fais passer ma douleur avant le bonheur des miens. C’est dur…
      Mais tu résumés bien les choses je suis très vulnérable je n’en avais pas conscience… Je me sens mieux d’en avoir parle. Gros bisous

      J’aime

  4. 1872tartine dit :

    Juste un mot: je pense à toi…
    Plein de douceur et de force pour cette journée et pour les suivantes. C’est juste normal d’en avoir marre, c’est juste normal d’avoir envie d’arrêter. Quels que soient tes choix il seront les bons mais juste là tu es dans une démarche qui commence et qui, je l’espère, t’apportera des réponses. Bizzzzz

    J’aime

  5. mishqui dit :

    Ton chagrin est tout à fait légitime.. ça me fait de la peine de te savoir triste. Prends bien soin de toi ❤

    J’aime

  6. ptbichon dit :

    Il n’y a pas forcément quelques choses à dire qui apaiserait cette douleur alors je vais me contenter d’un gros câlin virtuel. Moi aussi Noel me pèse maintenant alors qu’avant c’était une fête que j’appréciais…
    Énormes bisous.

    J’aime

  7. Moi je dis on va lancer une pétition pour interdire les annonces de grossesse à Noël. Ça nous pourrit toutes ! Désormais, c’est pareil ici : à chaque Noël on y a droit. Ou comment nous gâcher les fêtes. Pffff…
    Allez courage, Carotte, plein de gros bisous…

    J’aime

  8. Zapette dit :

    Un nouvel essai, c’est malgré tout un nouvel espoir, alors que tu as pas envie d’espérer, ça fait trop mal l’espoir.
    Noël est la pire période de l’année…
    Je t’envoie un gros câlin de yack.

    J’aime

  9. icsipari dit :

    Merde tu as le droit de crier ta douleur, surtout ici, surtout « entre nous », parce que c’est dur tout ça, vraiment très dur. Et on te comprend tellement, nous qui allons aussi faire notre dernière fiv pour la route, pour ne rien regretter mais sans y croire vraiment… On t’embrasse très fort. Écris nous si tu veux : icsipari@gmail.com

    J’aime

  10. compoteen dit :

    5 ans… C’est tellement long, comment ne pas être épuisée? Ne t’en veux pas, tu es fragile, c’est dur tout ça. Vous avez raison de la faire cette dernière FIV, ainsi vous n’aurez pas de regret si cela ne devais pas aboutir. Avant de passer au don, c’est ce que l’on s’était dit avec mon chéri.
    Je t’embrasse très très fort.

    J’aime

    • Carotte dit :

      On ne fait pas cette fiv pour avoir un bébé mais pour déterminer si mes ovocytes sont malades. Je sais que c’est une étape nécessaire pour le deuil mais j’ai peur… Et si on repartait sans réponse? J’ai tellement envie de tout arrêter…
      Merci pour ton petit mot ❤️❤️❤️ ça me touche, beaucoup….

      J’aime

  11. Biquette dit :

    Carotte, je ne sais pas quoi te dire. C’est tellement douloureux. Pour Noël, vous serait-il possible de faire un beau voyage loin de tout à ce moment là? (c’était notre plan pour cette année en cas d’échec)
    Je te fais un énorme câlin de réconfort.

    J’aime

    • Carotte dit :

      Je supplie l’homme de partir au soleil pour le premier de l’an mais noel non… Parce que mes grands parents ne sont pas éternels. Le décès récent de la grand mère de l’homme a été une piqure de rappel. Tout de mélange dans ma tête, trop de choses, trop d’émotions, trop d’informations en peu de temps…

      J’aime

      • Biquette dit :

        Je comprends. J’espère que l’homme répondra à tes supplications pour le premier de l’an.
        Gros bisous

        J’aime

        • Carotte dit :

          Je viens de l’avoir au téléphone je l’ai senti abattu et touche aussi… Il me propose d’être avec moi a paris du début a la fin pour que je ne dois pas seule, pour que durant les creux on fasse des choses ensemble. Il a envie de cette tentative… Et je pense que du coup pour les vacances on va y aller…

          J’aime

  12. Leeloo dit :

    Des câlins et des poutoux tous doux Jolie Carotte !!
    Tout a été dit… les annonces sont, à mon sens, les trucs les plus durs à entendre pour nous, les ventres vides… A la dernière, j’ai fondu en larme devant la future maman. Mais finalement, ça permet à ces mêmes futures mamans de comprendre ce que nous vivons… Que leur bonheur, si légitime, nous fait du mal !! Je te souhaite que cette ultime tentative te donnera les réponses que tu attends !!! ❤ ❤

    J’aime

    • Carotte dit :

      Merci beaucoup Leeloo. J’ai si peur d’aller chez eux… Si peur de pleurer de souffrir en silence de les mettre mal a l’aise…

      J’aime

      • Leeloo dit :

        Es-tu obligé de t’infliger ça ?
        Je pense que s’ils t’aiment, ils vont tout faire pour ne pas t’imposer leur bonheur…
        De mon côté j’essaie d’occulter et juste de profiter de ce que m’apporte la présence des enfants des autres… comme hier soir l’énorme câlin de la fille de PB chérie qui a rendu « jaloux » son père ^^… un câlin tellement pur… j’aimerais te le partager ce moment unique… mets à profit ces moments chez eux pour profiter de ton neveu… le mettre au lit, le câliner…
        poutoux tout doux !

        J’aime

        • Carotte dit :

          Si je n’annule pas ma fiv oui parce que prendre un hôtel sur Paris va nous coûter un bras et ils ne comprendraient pas ma démarche. Mais très sincèrement je ne sais pas si je ne vais pas annuler cette tentative.

          J’aime

          • Leeloo dit :

            Non… n’annule pas… il faut tout tenter pour ne pas avoir de regret… ne pas que tu puisses un jour te reprocher de ne pas l’avoir fait !
            Dis à ta belle soeur que c’est très dur pour toi et que pendant ton séjour chez eux il ne faut pas qu’ils parlent de sa grossesse… tout mais n’annule pas ! Il faut, pour toi et pour vous, comme tu le dis, pour le deuil, la faire…

            J’aime

          • Carotte dit :

            J’ai peur de la blesser et je ne veux pas créer de malaise, notre relation prime sur tout le reste…

            J’aime

          • Leeloo dit :

            Alors votre relation doit être le plus sincère possible. Je l’ai appris à mes depends il y a peu… un peu plus et je perdait une amie très chère à mon coeur car on avait peur de se dire les choses…

            J’aime

  13. Flippette dit :

    Free Hugs accepted ?
    Difficile d’avoir des mots de réconforts, le chemin est long et pénible pour nous toutes. C’est horriblement difficile a supporter, et voir les yeux des autres briller alors que les nôtres sont éternellement baignés de larmes rend notre combat encore plus dur.
    Chaque annonce de grossesse c’est comme un poignard qu’on enfonce encore plus profond dans une plaie déjà béante…moi je n’arrive plus à me réjouir des grossesses des autres. Mais dans mon malheur j’ai encore la chance qu’a mon âge toutes les personnes autour de moi ont déjà deux ou trois enfants et n’enfante plus
    Rien ne peux estomper cette douleur violente qui est bien ancrée, je pense que même si l’issue de ce périple s’avèrera heureux un jour, on restera toutes marquées par cette période noire. On ne voit plus le monde de la même façon.
    Bacioni

    J’aime

  14. Tu fais bien de coucher ces mots, c’est pas possible de garder cela en soi… Ca fait mal, et lol, tu es loin d’être un monstre chère humaine… Bisous et énorme soutien

    J’aime

  15. julys974 dit :

    Ma Carotte, tu le sais, hein, que je comprends? Que dire? Je crois que l’essentiel, c’est d’essayer de ne pas avoir de regret. C’est ce qui, dans notre cas, nous pousse à poursuivre « l’aventure » pmesque. Je n’en n’attends plus rien, même si, évidemment, un infime espoir est toujours là, mais je crois qu’on n’arrivera pas à supporter les « Et si… ».
    C’est terrible ce que je vais dire, mais le fait d’avoir une fratrie qui a eu du mal à se reproduire, ça a toujours rendu les annonces très heureuse !! Et je me rends compte que c’est une « chance »…
    Mon frère et ma soeur mes comprennent, même si parfois, ils se sont montrés maladroits eux aussi. Mais je sais que chacun de nos échecs est douloureux pour eux… Parce qu’ils savent…
    Depuis hier, je fais maintes recherches sur Gogole pour tenter de trouver des explications !! Parce que, comme toi, le plus dur est ce: « Et si on repartait sans réponse? »
    On n’est pas des cas « faciles »… Pour autant, je crois que le deuil ne consiste pas tant à se dire qu’on n’aura pas d’enfant biologique (enfin pour ma part ça n’est pas si difficile à admettre… C’est l’attente que je vis mal en revanche…). Le deuil, selon moi, consiste surtout à accepter de sortir de tout ce parcours difficile sans réponse… C’est le plus difficile !!
    C’est fou ce que je vais dire, mais à toutes galères on peut trouver des choses positives. Une des choses positives que la PMA m’a apporté, c’est de rencontrer mon « coup d’âme ».
    Je ne peux pas te dire de t’entêter à tous les prix. Si cette tentative est trop douloureuse, alors peut-être qu’il faudrait envisager de ne pas la faire.
    MAIS, pose-toi juste la question de savoir si tu assumeras les possibles regrets ensuite…
    Si tu as besoin, évidemment, je suis là… Je t’embrasse fort fort fort. ❤

    J’aime

    • Carotte dit :

      Voilà en quelques mots tu as résume tout ce qui me passe par la tête… Tu me comprends si bien. C’est le deuil de l’absence de réponse, de l’absence de diagnostic, ce vide du ventre qui se lit dans les yeux des médecins. Se battre être fort pour gravir l’Everest alors que la maternité pour les proches consiste juste a traverser un passage piéton. Je ne veux pas que les autres halèrent, je ne souhaite ça a personne. J’en ai juste assez que ma douleur me vole tout. Qu’elle me saisisse alors que je ne l’attends pas. Qu’elle me prenne par surprise, embusquée. J’ai envie d’arrêter. Mais est ce que ça n’est pas fuir? Non je le sais en assumerai pas de ne pas être allée au bout. Mais j’ai aussi peur d’y laisser ma peau. J’allais tellement mieux…
      Merci d’être la ma belle, mon coup d’âme, ma jumelle de galère ❤️ (et de bonheur c’est une certitude!!!!!!!). Merci d’être la…

      J’aime

      • julys974 dit :

        Je te comprends parce que nos parcours se ressemblent beaucoup (malheureusement…). Nos parcours pmesques, mais pas que… Tu sais, pour nous aussi, les médecins se montrent de plus en plus démunis. Et on sent bien que du coup ils nous traitent aux petits oignons… Genre on est des VIP maintenant !! A la fois ça fait du bien d’être accompagné, mais d’un autre côté, ça nous fait comprendre à quel point on est mal barré…
        La douleur, elle est là et tu ne pourras rien faire pour la faire taire. Parfois, tu tentes de l’étouffer, mais je crois qu’il faut surtout l’apprivoiser. Apprendre à vivre avec… On peut vivre avec la douleur. Je crois même, peut-être naïvement, qu’on peut en faire une alliée…
        Arrêter. Fuir. J’ignore si c’est la même chose. Je crois surtout que parfois, arrêter, c’est reconnaitre ses limites. Et il n’y a pas de mal à ça: au contraire !!
        Tu n’y laisseras pas ta peau ma jolie. Parce que tu n’es pas seule et que quoiqu’il arrive, on sera là, toutes, avec toi, pour t’épauler et te soutenir de notre mieux. Et puis tu as ton homme, qui est sûrement d’un précieux soutien dans cette tempête, non?
        Tu allais mieux parce que tu avais sûrement adopté la politique de l’autruche quelques temps. Comme je le fais en ce moment. Et ça fait un bien fou !! Ca permet de continuer d’avancer, même si ça n’empêche pas les retours de bâtons…
        J’aime cette idée qu’on est jumelles de galères ET de bonheur… Je t’embrasse de tout mon coeur.
        PS: si tu cherches un endroit sympa pour passer des vacances de Noël paisible, je te propose d’exaucer le rêve de ton homme en te prêtant notre maison… On sera en métropole pendant les fêtes… 😉

        J’aime

  16. MaRas dit :

    Ta douleur, ton ras le bol sont tout à fait compréhensibles…
    J’ai du mal à trouver des mots en ce moment… J’espère que tu rebondiras vite.

    J’aime

  17. Je t’envois beaucoup de confiance pour ce prochain cycle, beaucoup de courage pour les semaines qui arrivent, beaucoup de soutien et beaucoup de bisous virtuels …

    J’aime

  18. pepette7 dit :

    Pourquoi ne pas passer Noêl ailleurs ? Juste entre vous deux. Certes il n’y aura pas la famille, mais Noêl ne devrait pas être un jour de souffrance..
    il y a 2 ans, une de mes soeurs nous ramenait un bébé de 3 semaines pour Noêl, cette année elle arrivera avec sa 2ème fille qui aura aussi 3 semaines à Noêl. Et bien je suis bien contente que mes soeurs ne fassent plus parti de ma vie, ça m’évitera de supporter ça une nouvelle fois. Car oui, nous ne fêtons plus Noêl avec ma famille depuis l’année dernière. Nous serons seuls, tous les deux, comme nous le sommes aussi le restant de l’année.
    Je crois que Julys avait raison, un câlin collectif ne ferait pas de mal, visiblement beaucoup de pmettes ont le moral en berne en ce moment.
    Ma petite Carotte, je te fais un énorme câlin rempli d’amour
    Je t’embrasse bien fort

    J’aime

    • Carotte dit :

      Merci pour ce gentil mot pépette mais crois passez noel loin des miens sera encore plus dur. L’homme vient de perdre brutalement sa grand mère… Et je sais que je passe mes derniers noel avec les miens. Ils sont maladroits mais bienveillants. Je les aime de tout mon cœur et c’est justement pour cela que la douleur est si vive. Ma belle sœur est une femme adorable… Je ne lui en veux pas, c’est a la vie que j’en veux! Je sais d’avance que ça sera dur mais je prendrai sur moi. Il le faut de toute façon…
      Je suis désolée d’apprendre que tu es en froid avec te famille… C’est si dur tout ça….

      J’aime

      • pepette7 dit :

        Ta famille à l’air aimante et bienveillante, c’est énorme, c’est un cadeau. Pour l’instant tu n’as que celui là, mais il à l’air si précieux. En plus tes grands-parents sont encore là, alors tu as bien raison de profiter d’eux.
        Je donnerai tout pour me retrouver à table avec les miens, comme avant…Je donnerai même encore une année d’infertilité s’il le fallait. Mais les gens partis de l’autre côté ne reviennent pas, malheureusement.
        Je te souhaites d’avoir la force d’affronter ce Noêl, mais par dessus tout, je te souhaite bien à l’avance un joyeux Noêl familial, entourée de ceux qui te sont chers.

        J’aime

        • Carotte dit :

          J’ai des relations compliquées et tendues avec les parents d’où la relation forte qui l’unit avec mes grand parents. Je sais que c’est une chance inestimable et c’est pour ça que pour rien au monde, même si je dois avoir mal et pleurer, je me priverais de ce moment avec eux. J’aurais aimé leur présenter les enfants, partager mon bonheur avec eux, la vie décidé autrement c’est comme ça. Mais je sais que la vie est courte, parfois cruelle et que je dois donc profiter de ces moments même s’ils s’annoncent éprouvants. Je suis si désolée de lire ce que tu écris… J’ai l’impression de remuer des choses et ça n’est pas ce que je souhaitais. J’espère que mes propos ne sont pas déplaces….

          J’aime

          • pepette7 dit :

            Ne t’inquiètes pas Carotte, tu sais la vie est ainsi faite.
            Et en aucun cas, tes propos ne sont déplacés.
            La famille pour moi est ce qu’il y a de plus important, ce qui me tient le plus à coeur. Mais lorsque celle-ci n’est pas aimante et bienveillante, mieux vaut en être loin. Ca évite bien des chagrins. Arf, c’est comme ça, va…
            Je t’embrasse bien fort Carotte

            J’aime

          • Carotte dit :

            Oui c’est comme ça mais c’est dur quand même surtout quand la famille a une notion si importante dans notre cœur. Je te souhaite de toutes mes forces que tu arrives a construire très bientôt la tienne ma belle, vraiment ❤️

            J’aime

          • pepette7 dit :

            Merci à toi, et prends soin de toi 😉

            J’aime

          • pepette7 dit :

            Et je te souhaites que la relation avec tes parents s’améliore, et devienne une vraie relation, une belle relation parents-enfants. Si elle le peut encore, bien sûr.

            J’aime

          • Carotte dit :

            Non ça n’est pas possible mais j’ai pardonne et on construit quelque chose d’hybride certes, pas conventionnel, mais on essaie. Ils ne sont pas éternels non plus et restent mes parents. Merci mille fois pépette pour ton soutien…

            J’aime

  19. miliette dit :

    oh merde… Je ne peux qu’imaginer… 5 ans bordel…
    je pense fort fort à toi.

    J’aime

  20. Je traverse à peu de choses près les mêmes épreuves en ce moment à la veille de ma première FIV, et mes réactions face aux nouvelles de grossesses de mes proches me blesse de plus en plus aussi. Mais tu n’as pas le droit d’abandonner, tu n’as pas le droit de baisser les armes tant que toutes tes cartes n’ont pas été joués. Tu abandonneras la partie quand tu seras au bout de tout et qu’on te dira que plus rien n’est possible. Cinq ans j’en suis pas loin non plus, et je sais ô combien ce que tu vis et ressens. Mais ton heure viendra, c’est sur et ce bébé tant mérité ne te fera pas regretter de t’être battu jusqu’au bout. Ne baisse pas les bras, je t’envoi une envolée de courage et d’énooooorme bisous ma Carotte

    J’aime

  21. Zelda dit :

    et si on passait les « fêtes » de fin d’années ensemble? Parce que franchement se coltiner la famille qui s’émerveille devant un ventre rond (autre que le notre, pas besoin de le préciser), c’es trop dur…. 😦
    Courage pour tout… ❤

    J’aime

  22. J’aimerais tellement avoir le pouvoir de trouver la solution, de te faire oublier tout ça et que cette fiv soit la bonne. J’aimerais tellement que toute cette injustice soit inenvisageable et que tu ne souffres pas autant. Cette nouvelle ajoute de la peine et la fin de l’année n’arrangera rien évidement. J’espère tellement que la vie va t’offrir ce bonheur très vite. Sache qu’on est là, même si ça ne change pas les faits, on te soutient de tout ❤ Je t'embrasse fort

    J’aime

  23. ILGC dit :

    Désolée d’avoir un wagon de retard. C’est dur d’encaisser encore et toujours les annonces surtout qu’on ne peut s’empêcher de se comparer aux autres. J’imagine combien cela va être difficile d’être hébergée chez ton frère et ta belle-sœur. Même si tu n’attend rien de cette FIV ( je te souhaite tellement le contraire) concentres toi sur ce qu’elle va t’apporter pour ton cheminement. Mais ne doit-on pas partager ensemble un chocolat/café viennois ?
    Je t’embrasse fort

    J’aime

    • Carotte dit :

      Si si si je veux partager un café viennois!!!
      Nous avons eu la naissance du premier petit enfant de mon côté il y a deux ans et du côté de l’homme il y a un an. Des deux côtés ça aura été éprouvant pendant deux ans : l’excitation de tout le monde commence a « redescendre » peu de temps après les un an. Mais les deux ans avant son hyper durs car c’est normal, c’est LE sujet de conversation et ça enfonce le clou pour nous. Mais on ne montre pas car on ne veut pas abîmer le bonheur des autres. Ce qui est dur c’est d’être la confidente des pb de grossesses : « j’ai saigne j’ai eu peur a cause de ton histoire. » Oui mais moi ça a tjs fini mal. Je sais que ça n’est pas pour me faire souffrir, mais c’est pourtant le cas. Je ne veux pas consoler de l’angoisse d’une grossesse normale, je ne veux pas consoler la future maman enceinte d’un garçon alors qu’elle voulait une fille. Personne ne me console et je me bats déjà comme une lionne, si en plus je dois « porter » ce que l’on appelle entre nous des pb de riches, je ne m’en sors plus. Venant d’une pmette ou galerienne c’est différent. Venant d’une C1 qui n’a jamais fait de fc (et je ne lui souhaite pas!!!!) c’est violent même si comme tout le monde ces angoisses la sont légitimes… C’est juste que je n’ai pas la force d’écouter et de compatir ces filles la, même si je les aime profondément. J’essaie mais je me prends le ricochet derrière. Et je m’en veux de ne pas y arriver…
      Désolée pour le roman… Et j’espère surtout ne choquer personne dans mes propos….
      Merci pour ton soutien ❤️. Tu es précieuse….

      J’aime

  24. pennyenpma dit :

    J’arrive avec un train de retard, je débarque en blogo…
    Cette situation m’est vaguement familière ! Y’a un truc avec les belles-soeurs ! Tu as l’air de faire de ton mieux et même du sacrément bon boulot. Il y a des choses qui nous dépassent, j’essaie d’analyser mes réactions (d’infertile) face à ces bonheurs (de fertiles, parents ou sur le point de le devenir), j’ai toujours pas la réponse. Existe-t-elle seulement ? Même les annonces indirectes me brisent le coeur et je m’en veux tellement, y’a rien à faire, cette impression de regarder les autres depuis le bord de la route… Je crois qu’au lieu d’entendre « on va avoir un bébé » (au passage, bonjour l’optimisme ! ) j’entends « On va avoir un bébé parce qu’on est jeunes et heureux et amoureux et insouciants et en bonne santé et qu’on a fait l’amour joyeusement et qu’on sera bientôt le centre de l’attention puis une famille et vous au fait ? » (oui j’entends beaucoup de choses)

    Cette année j’ai décidé de ne plus me torturer, ce sera Noël dans ma famille, mes soeurs sont mères depuis un moment et n’ont jamais été considérées comme sortant de la cuisse de Jupiter pour avoir enfanté, j’adore mes nièces et le monde ne tourne pas autour d’elles. C’est vraiment ce dont j’ai besoin. (Mais c’est facile à dire aussi, et à faire : elles étaient loin de nombreuses années et viennent de se rapprocher.)

    Force et courage et pensées, notre tour viendra (le bébé ou le pactole au loto)

    J’aime

Free hugs accepted (et les commentaires aussi ^^)

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s