La réanimation pédiatrique

Il y a 10 mois, quasiment jour pour jour, je franchissais pour la première fois les portes de l’unité de réanimation néonatale sur mon fauteuil roulant. C’est troublant, car je me souviens en détail de l’entrée dans le service, de la découverte des alarmes des scopes aujourd’hui Si familières, puis de SA porte. Numéro 10, au fond du couloir, à gauche. Devant sa chambre, un écran qui montre ses constantes. Les battements du cœur de mon Si petit bébé. Et puis écrit sur une tortue, son prénom. Paradoxal, irréel, je touche mon ventre et j’ai le cœur au bord des lèvres : il y a quelques heures encore dans mon ventre, elle est désormais là. Derrière cette porte. Et je vais la rencontrer. De la suite j’ai tout oublié. Balayée par l’émotion, la peur, l’angoisse. Je me souviens de gros sanglots et de l’émotion mais c’est le néant comparé à tous les souvenirs détaillés de « l’avant ». Entre l’avant et l’après, c’est le vide. C’est une infirmière qui me racontera, des jours plus tard, que cette rencontre a été l’une des plus belles de sa carrière et qu’elle a eu du mal à contenir ses larmes. Pour autant, ça n’a rien réveillé chez moi. Quand elle est sortie de mon ventre, le silence. Quand je l’ai vue pour la première fois, un écran noir.

Combien de fois ai-je franchi les portes de ce service les yeux remplis de larmes. Combien de fois me suis-je demandée si elle serait toujours là Le lendemain, quand je les pousserai à nouveau. A prier pour un petit écran allumé mais qui ne clignote pas. Des courbes harmonieuses et fluides pour m’assurer qu’elle ne souffre pas.

J’ai quitté la réanimation le cœur lourd tant on m’a apporté et tant je leur suis reconnaissante mais ivre de bonheur de savoir mon bébé sur la bonne voie. Je me suis dit ce jour là que nous tenterions de revenir un jour, pour leur montrer à quel point leur bienveillance et leur empathie avait fait la différence et permis au plus beau des miracles de sourire.

Puis il y a eu ce noël. Transfert d’urgence en réanimation un soir, tard après une detresse respiratoire majeure. Puis mercredi dernier, où j’ai accompagné mon Si petit bébé dans un hélicoptère qui allait l’envoler loin de moi, dans cet endroit que je connais si bien, le cœur brisé.

Aujourd’hui, j’ai à nouveau franchi les portes de l’unité de réanimation pédiatrique. Mais elle était en portage, contre moi, les yeux grands ouverts et sa petite main qui serrait fort la mienne.

Aujourd’hui prend fin la onzième hospitalisation de notre plume depuis sa sortie, le 8 septembre dernier. J’ai peur de demain. Mais quand nous sommes sorties, le bonheur et la gratitude de l’avoir dans notre vie, et qui plus est contre moi, m’a donné la force d’une armée.

Je suis avec toi, plus forte que jamais, mon ange…

Cet article a été publié dans 25 SA, extreme prematurite, La vie est belle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour La réanimation pédiatrique

  1. maxelie dit :

    Quelle guerrière ta fille! Je te souhaite de ne plus connaître ces montagnes russes et que tu ne retournes à l’hôpital que pour montrer comment ta merveille est forte et belle.
    J’espère que le reste de la famille va bien également.
    De grosses bises

    J’aime

  2. koalaenpma dit :

    Ta Plume est une battante, comme toi.
    J’espère que ta prochaine visite à l’hôpital sera pour leur montrer comme elle est forte !
    Je t’embrasse ma douce

    J’aime

  3. lilyjacques dit :

    Oh non … que de débuts difficiles pour ta petite puce 😦
    Bon retour à la maison, et qu’il n’y ait plus de grosses frayeurs ❤

    J’aime

  4. Simone Attend dit :

    Dur dur ma chère Carotte… ta fille est une sacrée battante. J’espère que tu arrives à prendre soin un peu de toi dans tout ce tourbillon ❤️

    Aimé par 1 personne

  5. calihope dit :

    Qu’il semble difficile, cet autre combat que je ne peux qu’entrapercevoir à travers ce billet… Je vous souhaite que le prochain passage dans ces couloirs ne soit que dans quelques années maintenant, pour donner à ce service des nouvelles de ta fille en pleine santé.

    Aimé par 1 personne

  6. queenee971 dit :

    J’adlire vo tre courage à toute les deux .❤

    Aimé par 1 personne

  7. Alisore dit :

    J’ai les larmes aux yeux … que c’est dur. Et tant de force et d’amour dans tes mots… je pense très souvent à vous et je t’embrasse, ainsi que ta petite plume …❤️

    Aimé par 1 personne

  8. mimiattend dit :

    Je t’envoie, vous envoie des tonnes de courage 😘

    Aimé par 1 personne

  9. mishqui dit :

    Coucou ma belle. Je réalise à quel point ma question était à mille lieux de vous.. Ta fille est une lionne, tout comme sa maman. Je vous souhaite un peu de tranquillité. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  10. Lily dit :

    Bisous de courage et de soutien 💕💕💕

    Aimé par 1 personne

  11. Miss Mousse dit :

    Oh non! J’espère qu’elle va mieux et que c’était la dernière frayeur. Vous méritez un peu de tranquillité après ces longs mois de combat.
    5 ans après, nous retournons toujours régulièrement en réa neonat, même dans l’hôpital qui est à 400 km de chez nous. Quand on va là-bas, on est toujours saisi par la même émotion. Ça nous a aidé à lui expliquer son histoire et aujourd’hui elle joue à être ses »infirmières préférées (les nôtres en vrai).
    Je t’envoie tout mon courage pour soutenir votre Plume si combative 😚

    Aimé par 1 personne

  12. Pleines de pensées pour toi et ta petite battante 💞

    Aimé par 1 personne

  13. anabelle-dnlp dit :

    Et voilà que je découvre ton article, et voilà que je rattrape mes larmes. La vie est très belle et très injuste… je vous souhaite des répits de plus en plus longs et des alertes moins éprouvantes. Elle a déjà tant montré sa force de vie, le temps joue pour elle et pour la résistance qu’elle bâtit avec ton aide, avec votre amour. Elle en a forcément reçu tellement pour surmonter tout ça! Respect pour ce que tu accomplis, vœu du fond du cœur pour que tu en fasses moins la démonstration 😘😘

    Aimé par 1 personne

  14. pmavie dit :

    Oh ma Carotte,
    Je pense souvent à toi. Je n’imaginais pas que tu traversais de si dures épreuves avec ta petite louloute. J’espère que cette fois, vous n’aurez plus à revenir. J’ai bien envie de te demander ce qui vous amène souvent en réanimation mais j’imagine qu’en parler est douloureux. Mais si tu as besoin d’une oreille attentive, n’hésite pas.
    Mille pensées et des bisous à vous deux, sans oublier vos hommes !

    J’aime

    • Carotte dit :

      Coucou toi. Ce sont des détresses respiratoires associées à une bronchiolite chronique du fait de sa bro dysplasie qui est devenue sévère…
      Et toi quelles sont les nouvelles?…

      J’aime

      • pmavie dit :

        Oh ma belle, comme ça doit être dur… il y a des chances pour que ça passe en grandissant ?

        De mon côté, j’essaie d’avancer et de regarder le bon côté des choses. Pas tjs facile. Je ferai sûrement un article pdt les vacances !

        Plein de bisous et des pensées pour vous 5 !

        Aimé par 1 personne

  15. September dit :

    😘😘😘 Toutes mes pensées à votre guerrière et toute sa famille 😘😘

    Aimé par 1 personne

  16. Victorienne dit :

    Je n’avais pas vu ce post Carotte… Je suis si triste pour vous que ce soit si dur. J’espère fort que votre Plume va aller mieux malgré les pronostics médicaux que tu évoques dans ton article d’aujourd’hui. Je pense fort à vous et je vous embrasse!! Avec toutes mes ondes de courage… 😙❤

    Aimé par 1 personne

Free hugs accepted (et les commentaires aussi ^^)

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s