Article protégé

Envoyez-moi un petit mail si vous voulez la clé…

Publicités
Publié dans PMA | 62 commentaires

Alerte : Dieu est dans les maternelles!

Les filles activez votre replay ou allumez votre tele si vous pouvez, Hope est sur France 5 😍

Publié dans PMA | 67 commentaires

Article protégé….

Si vous souhaitez le mot de passe, envoyer moi un mail…

carotteenpma@gmail.com

Publié dans PMA

Protégé : Retour sur images 

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans PMA

Le Magicien

Je vous ai parlé de deux de mes proches qui sont gravement malades. Mes deux C, mes forces de la nature, mes deux espoirs.

L’une d’elle, Chantal, est une amie, qui pourrait être ma mère. Nous nous sommes rencontrées il y a 4 ans, lors de la signature du bail de notre première maison. Son mari et elle ont été à l’aise si rapidement avec nous, d’autant que leur maison était face à la nôtre, que nous avons pris nos distances de peur à ce qu’ils soient envahissants. J’ai un peu honte avec le recul, car ce couple est l’un des plus adorable et sincère qu’il m’ai été donné de rencontrer.

L’an dernier, en croisant le mari de C par hasard, j’ai appris qu’elle était gravement malade. A quelques mois de sa retraite, alors que l’on devait se voir depuis des semaines… Nous n’avons pas tardé à nous revoir et j’ai eu face à moi un exemple de courage et de force, même si parfois les larmes lui montaient dans la gorge noyant son si joli sourire. Elle m’a alors parlé, ce jour d’aout 2015, pour la première fois du Magicien : un énergéticien qui lui permettait de tenir le coup pendant les chimios, un homme « miraculeux et divin ». Dans la bouche de Chantal, si cartésienne, j’avoue avoir été intriguée. C’est donc confiante que j’ai pris les coordonnées de ce Mr pour le recommander à ma tante à qui l’on venait de diagnostiquer un cancer du pancréas. Pourtant sceptique, elle me tient un discours analogue : un homme surprenant et… « Magique ».

Le mois dernier, alors que nous sommes sur Paris pour rencontrer Hope, Chantal me demande de la rappeler. Elle m’avoue avoir rencontré le magicien et lui avoir parlé de moi. Elle avait déjà évoqué le fait qu’elle pensait qu’il pourrait nous aider, et par hasard, lors d’une séance, alors qu’ils parlaient d’infertilité elle lui a raconté notre histoire. Le Magicien a alors insisté : il souhaitait nous rencontrer.

Chantal a toujours eu l’attitude d’une mère à mon égard de part sa bienveillance, mais aussi celle d’une amie dans la confidence. Entre deux chimiothérapies, elle a toujours eu un mot rempli de douceur à mon égard en me disant qu’elle attendait avec impatience de recevoir une bonne nouvelle de notre part. J’ai alors décidé de lui faire à la fois plaisir et confiance, et ai composé le numéro de Dumbledore pour prendre rendez-vous.

Dumbeldore a eu de nombreux problèmes de santé jusqu’au jour où, hospitalisé, il a fait un arrêt cardiaque. Comme beaucoup de personnes, il dit être sorti de son corps. Il a été réanimé, et une fois sorti d’affaire, il aurait dit à l’infirmière ce que tous les patients présents près de sa chambre avaient comme pathologie sans une seule fausse note. S’est ainsi qu’il à raconté à Chantal la naissance de son « don ».

Je suis assez sceptique sur beaucoup de choses, même si, comme beaucoup, j’aimerais y croire. Certaines personnes ont des dons, je suis forcée de le reconnaitre. Avant de parler de magie, je pense avant tout que ces personnes exploitent des capacités inconnues à ce jour de leur cerveau. Et si Dumbledore faisait partie de ces gens là?

La semaine dernière, après une heure de route, mon homme et moi sommes arrivés au Ministère de la Magie. Premier signe : le routard de Prague se trouve dans la salle d’attente. Sceptique oui, mais je ne crois pas au hasard.

J’avoue que, malgré tout, nous n’étions pas vraiment rassurés, mais je m’accrochais au fait qu’il avait beaucoup aidé mes deux C.

Il commence par me recevoir seule. Il bloque sur mon ovaire droit :

-« Avez vous eu un stérilet? C’est étrange, c’est bloqué ici ».

Quand je lui ai dit que je n’avais plus de trompe, il a souri pour me faire comprendre qu’il s’en doutait. Il passe alors ses mains sur ma tête et mon ventre pendant 20 minutes, et je peine à me détendre. Il me dit alors que selon lui j’ai un blocage depuis la naissance et me demande des détails sur la grossesse et l’accouchement de ma mère. Cela me surprend dans le sens où la kinésiologue a été formelle lors de ma dernière séance : « il s’est passé quelque chose à 4 mois de conception, interrogez votre mère ». Forcément, ma mère étant la personne qu’elle est, je ne suis pas plus avancée aujourd’hui sur sa grossesse et ma naissance, si ce c’est que je faisais 4,5kg et que j’étais cianosée car j’avais le cordon autour du coup (apparemment je remplissais bien ma couveuse…).

Il me raccompagne à la salle d’attente et passe ensuite à l’homme. Il lui dit d’emblée :

-Vous souffrez du dos.

Oui l’homme a des lombalgies chroniques, mais vas bien mieux depuis plusieurs mois. Il lui envoie également de l’énergie, puis nous raccompagne tous les deux dans la salle d’attente en nous disant qu’il est confiant, qu’il a identifié ce qui n’allait pas et qu’il souhaitait nous revoir quatre fois. Que nous allons ressentir des choses agréables et désagréables mais que c’est normal : il s’occupe désormais de nous.

Allégés de 80€, nous prenons rendez-vous pour la semaine suivante un peu dubitatifs… Il ne nous aurait pas été recommandé par Chantal et ma tante, je n’y serais peut-être jamais retournée.

Et pour tant hier… Tout a été différent.

Dumbeldore me reçoit en premier, comme la dernière fois, mais me demande si j’ai eu des douleurs dans le bas ventre. Je suis obligée de connaitre que non mais en revanche, je lui signale que mon cycle n’en finit pas (et entre vous et moi ça commence à m’inquiéter : c’est mon 7ème jour de règles aujourd’hui…). Il sourit et semble confiant : « il y avait un blocage, nous sommes en train de régler ça ».

Il se concentre cette fois-ci, étant donné que j’ai eu mon injection de déca, sur le haut de ventre et se bloque en arrivant sur mon plexus solaire, particulièrement douloureux. Il me dit ressentir énormément de choses, des émotions en pagaille, belles et laides, ainsi qu’une grosse douleur. Je lui explique que je ressens tout très fort : les émotions de toutes nature, qu’elles me concernent ou non. Sa main se met à gonfler et je le vois froncer les yeux « c’est incroyable, incroyable ».

Et là je le sens. Je n’arrive toujours pas à réaliser que ça soit possible. Je sens en effet quelque chose remonter dans ma poitrine. Quelque chose de très fort et d’indéfinissable. Les larmes montent avec ce « gros noeud rempli de sanglots », sans que je ne comprenne pourquoi. J’ai le réflexe de les retenir, avant de réaliser que je dois les laisser sortir. Dumbledore me regarde et je constate qu’il pleure aussi.

Il essuie une de mes larmes silencieuse et me demande comment je vais. Je dois l’avouer : je me sens bien. Très bien. Il me sourit et m’embrasse sur le front.

-Je suis content ma grande. Vraiment content. Je ressens les choses comme rarement. Ca va marcher. C’est la bonne.

Il s’isole comme la première fois quelques minutes pour reprendre ses esprits. Je l’entends murmurer « ça n’est pas croyable, pas croyable… ». En revenant dans la pièce, sa main a légèrement dégonflé, mais reste quand même imposante.

En me raccompagnant dans la salle d’attente il me dit ne pas avoir hélas le même ressenti avec tout le monde, mais que je suis un livre ouvert et que je le laisse aller ou il le souhaite. Que dans trois mois je l’appellerai avec une bonne nouvelle.

-En revanche je ne suis pas capable de vous dire le sexe.

Je lui réponds en riant que je veux bien connaitre le nombre de bébés. Il me sourit en me disant « ça c’est facile ». Je fais deux avec mes doigts, mais il ne me répond que par une boutade « un par année attente ». Une portée de 6?! Peut-être une boîte de six en revanche…

Il s’occupera de l’homme une dizaine de minutes avant de nous souhaiter un bon week-end.

Dans la voiture, l’homme me dit que Dumbledore lui a dit qu’il ressentait beaucoup les choses pour nous, qu’il s’était passé quelque chose d’assez incroyable, qu’il était confiant. En entendant l’homme prononcer des mots les larmes me sont montées.

Et si c’était réellement bientôt le bonheur? Nous y croyons si fort…

Notre prochaine et théoriquement dernière séance au ministère de la magie est dans 15 jours. Je suis bien moins méfiante et dubitative que la dernière fois. Je me surprends même à y croire. Et à avoir hâte de le revoir.

200_s

Publié dans fiv DO, je cherche ma route, La vie est belle, PMA | Tagué , | 98 commentaires

1… 2… 3… RT ?

Aujourd’hui avait lieu le rendez vous avec Hope pour décider de la suite… 

Previously chez les Carottes sont cuites :

– Biospies normales (win test et matrice Lab)

– embolisation de deux varicoceles (grade I et II) réalisée en janvier. 

– thyroïde ok

En revanche mon bilan hormonal est revenu anormal, et mon hysterosonographie n’a pas paru suffisante aux yeux de Hope.

Bilan des courses : contrairement à ce que je pensais, Hope ne souhaite pas refaire un FIV 5 en France, ni réaliser des IAC. Elle est formelle :

– « On doit reconnaître quand on ne sait pas ce qui cloche et en l’occurrence pour vous c’est le cas. En revanche c’est certain, c’est un pb de gamète, reste à savoir lesquelles.« .

Elle a attiré notre attention sur le fait qu’il nous restait trois j2 au frais et que cela pourrait être judicieux de tenter de les pousser en culture prolongée, pour clôturer le chapitre PMA classique en France. Meme si elle reconnaît que les chances d’avoir des blastos soit quasi nulles…. Et que cela ne nous donnera aucune certitude sur l’origine de nos problèmes : les gamètes de l’homme ou les miennes. En synthèse, la FIV DO est un test, et il faut la faire pour y voir plus clair. Mais… Selon elle nous devons penser enfant et non grossesse. Avenir et non uniquement réussite. 

Hope : 1, les galériens : 0.

Elle nous a conseillé de ne pas prendre le lovenox que la RT me demande de prendre mais de maintenir l’aspegic. Elle a également modifié le protocole avec des patchs compte tenu de la finesse de mon endomètre lors de mon cycle substitué de décembre, m’a demandé de refaire un bilan hormonal lors de mon prochain cycle avant l’injection de déca et de venir sur Paris faire une echo de contrôle après 11 jours de traitement pour s’assurer que tout pousse bien. L’homme n’est pas en reste avec une belle ordonnance de vitamines et une restriction sur le sport : pas plus de deux heures par semaine. Elle nous a littéralement pris pour des fous avec nos 7h hebdomadaires chacun….

Le rendez-vous se passait très bien jusqu’à ce que je parle de traitements parallèles pour mettre toutes les chances de notre côté : elle a fortement tiqué quand je lui ai parlé de progestérone retard ou d’injection de Hcg : 

 -« Bon on arrête internet et de croire n’importe qui en faisant n’importe quoi« . 

J’ai mal vécu ce moment là. J’ai eu l’impression d’être une écolière prise en flagrant délit de bavardage. Je me suis sentie humiliée. Car je n’ai aucunement la prétention de lui dire ce qu’elle a à faire… Et j’ai eu mal aux tripes de sentir que c’était l’impression que je lui avais donné. Comme si je perdais ma légitimité d’infertile en posant des questions bonus. Comme si j’avais perdu ma carte verte de loseuse de l’extrême en voulant soulever des sujets que j’aurais regretté de ne pas avoir abordé avec elle. J’imagine que cela doit être fatigant pour elle et qu’elle a aussi fait Ca pour nous. Et j’avoue que sa réaction a été assez radicale : je baisse les armes, je lui laisse le manettes. Ça sera différent avec elle. Elle sera désormais notre antibrouillard. 

Hope : 2. Les galériens : 0.

En nous quittant, elle nous a à nouveau invité à réfléchir sur nos trois J2 et à, comme lors du dernier rendez vous de décembre, a décroche son telephone pour me faire passer une hysteroscopie en urgence avant notre depart. 

Nous nous sommes rendus chez une magicienne, la reine de l’hysteroscopie des utérus caverneux (paraît il quil en existe avec des chicanes, dingue non?!). Cet examen s’est passé avec une extrême douceur malgré la petite bute de ma caverne qui m’a tant fait souffrir lors des transferts, Biospies et autres réjouissances. Apres s’est émerveillée de la beauté de ma glaire et l’épaisseur parfaite de mon endomètre, elle a tiqué sur des petites tâches rouges : ce que j’ai s’appelle une congestion, j’en suis au stade II. C’est une anomalie fréquente chez les patientes qui ont des échecs d’implatantion et se traite par l’association d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires pendant 10 jours. Selon elle, je suis sur pied pour 6 mois. Encore une fois, le Dr D avait prédit ce que l’on allait trouvé. Jen reste encore sans voix.

Hope : Jeu, set et match.

Notre décision était prise en sortant du cabinet : nous allons en RT. Si pour une raison x ou y ça ne fonctionne pas (échec d’implantation, absence de blasto), nous verrons avec elle pour rapatrier nos embryons dans son centre et pratiquer la culture prolongée. Le cas échéant, si par bonheur la RT nous comble, nous en ferons don. 

J’étais persuadée que la RT serait annulée et finalement… Dans 15 jours déjà je débute le cycle durant lequel peut-être… 

 
Peut-être…

  

  
Peut-être … 

  
….

  

Nous sommes prêts.

  

Publié dans fiv DO, Matrice Lab, PMA, Varicocele | 124 commentaires

Des nouvelles de l’autre bout du monde 

Par où commencer… Deja par vous dire que je suis loin, très loin de ma maison pour mon plus grand bonheur. Meme si… J’y reviendrai plus tard.

Edit 
Que s’est-il passé depuis notre rendez-vous de décembre à la capitale? Et bien nous avons fait tout ce qui était prévu :

spermogramme pour l’homme : catastrophique. OATS modéré avec teratospermie severe (98% d’atypiques). L’opération pour retirer les deux varicoceles a été programmée dans la foulée et exécutée mi janvier.

win test et matrice lab : malgré un endomètre de 6mm, un col tres étroit et un utérus tellement rétroversé que mon utérus s’appelle désormais la grotte, les Biospies obtenues dans la douleur ont été exploitables. Win test : ras. Matrice Lab : je suis de légèrement au dessus sur je ne sais plus quoi, mais pour eux c’est normal. Ma grotte est donc à priori accueillante.

hysterosonographie (dans mon centre l’hystero ne se fait que sous AG et comme je voulais éviter…) : ras. Tout va bien. Ma grotte est encore plus, à priori, accueillante.

AMH : toujours au même niveau d’avant les FIV, malgré le 18 ovocytes récoltés à chaque tentative : 4,2

thyroïde : ras

Nous retournons donc à la capitale pour entériner le fait que nous annulons la RT et pour déterminer si nous partons sur des iac (je n’en ai jamais eu car je n’ai qu’une trompe) ou sur une 5ème FIV (oh joie…) début fevrier, soit une semaine après mon retour.

Prendre du recul après tout ca m’a fait énormément de bien. Comme chacun de mes voyages. Le soleil, le sourire des gens, j’en ai pris plein les yeux et plein le cœur. Et jai le sentiment de prendre du recul en me recentrant sur moi et sur mes émotions sans en avoir peur. Cela fait quelques temps déjà que je me dis que notre histoire, bien que jalonnée par des océans de larmes abreuvés par nos profonds chagrins, a également son pendant positif :  je dois reconnaître que  l’infertilité est aussi moche qu’elle est incroyable dans le sens où grâce à elle nous savons ce qui est beau est précieux. Ça ne s’achète pas. Ça ne se mérite pas. Mais ça se vit. Y voir clair n’empêche pas les moments de doutes, les vieilles blessures qui saignent et les chagrins tous neufs. Mais quand même… A choisir je préfère largement profiter quand j’en ai la force que le réaliser quand c’est trop tard…

Depuis le premier de l’an je revis : jai fait la fête comme avant, et cela m’a donné de nouvelles envies, moins lointaines, et donc plus récurrentes. J’ai senti que je renouais avec la vie, comme si on faisait la paix.

Cest dans cet état d’esprit et donc pleine d’énergie que je suis partie…

Il faut croire que la thèse « pars en vacances et ça marchera » fonctionne pour moi. Car je suis partie au paradis sans l’homme et… Enceinte. Je savais que je risquais de faire une fausse couche compte tenu de la terato de l’homme. Mais je me suis également dit que je pouvais aussi avoir droit à un miracle, comme la nature sait les faire pour les autres, alors pourquoi pas moi? Quand jai dépassé un mois de grossesse, sans aucun saignements, j’ai commencé à y croire en me disant que mon bébé faisait peut-être être son premier voyage. Oui c’est vrai, je me suis projetée, mais j’ai eu envie de m’offrir ce plaisir, cette parenthèse là, car je voulais vivre mes vacances à fond.

Jai reçu pendant cette parenthèse enchantée deux annonces de grossesses : une par Facebook d’un couple qui galerait depuis trois ans, et une par mms d’une amie proche (oui par mms…) m’annonçant qu’elle attendait son second enfant. Je ne vais pas mentir : j’ai eu tres mal. Mal de ne mériter qu’un mms que jai recu comme l’une des plus grandes gifles de ma vie. Mal de constater que je ne méritais même pas au moins une introduction donnant des circonstances atténuantes due à la maladresse du genre : « je ne savais pas comment te le dire alors… ». Mais… Non. Une annonce directe avec de un humour  douteux : « c’est un garçon! Enfin apparemment LOL« .

😩

Comme je me sens seule…

Et incomprise…

….

Et nulle de tout mon être à galèrer depuis six longues années  tout en ayant toujours  l’impression de devoir justifier ma souffrance, notre combat, sans que la plupart de mes proches ne comprennent que la douleur me ronge.

J’ai essuyé les larmes, en m’en voulant d’oser souffrir si loin de chez moi et en tentant de me consoler en me disant qu’après tout, c’était peut-être aussi mon tour…

<<<<<<<<<<<<<<<<<<
vé sonnant le glas de la petite rêverie d'été tropicale : le sang. Game over. Fausse couche numéro 11.

Quand je l'ai appris nous partions faire un tour en pirogue dans un parc national. Il y avait beaucoup de vagues. L'écume émeraude m'a permis de verser quelques larmes silencieuses et lourdes. 11. C'est beaucoup trop…

En regardant les rochers escarpés je me suis vue : émoussée à la base par le temps mais toujours debout. Je suis pourtant si fatiguée… Si triste. Et si fragile.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<
elations avec mes parents. Ils ont été absents de ma vie dans le rôle qui leur incombait depuis toujours. Je sais pour autant qu'ils ont fait comme ils pouvaient. J'ai un trou dans le coeur mais je sais que c'est immuable : on ne rattrapera pas les mots qui abîment et le mépris qui anéanti la confiance. L'absence d'enfant en est encore plus amère : pas de parents, pas d'enfants. Je me sens maudite…. Et J'ai parfois l'impression que ça va me tuer.

J'ai toujours comparé ma vie rêvée à un arbre. Je désirais de toutes mes forces d'être un arbre fruitier majestueux avec de profondes racines, à l'image de cet arbre incroyable croisé lors de notre périple.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<
he cette photo me hante car j'ai réalisé que je n'étais pas l'arbre, mais la maison qu'il est en train de détruire…. Apres toutes ces années, ces dizaines et dizaines d'embryons obtenus avec la Pma, toutes ces fausses couches, je commence à avoir peur que mon besoin viscéral de maternité ne me détruise. Nous anéantisse. Balaie tout ce que nous avons construit.

11 cest beaucoup trop. L'ironie du sort veut qu'elle soit arrivée 4 ans jour pour jour après la première qui avait eu lieu juste avant mes trente ans. J'en aurai 34 dans quelques jours et j'ai mal de constater que cette année encore, je n'arriverai pas le fêter.

Et pourtant… Je vais aller à la capitale, et je vais continuer à me battre, parce que je ne peux tout simplement pas concevoir de vivre sans enfants….

<<<<<<

Publié dans Coup de blues, je cherche ma route, Parenthèse enchantée, PMA, Varicocele, Win Test | Tagué , , , , , | 120 commentaires